Déplacement Equipe de France Freeride à l’open de Hauteur Pure des Championnats du Monde de Slalom de Turin, Italie.

 

Cinq sauteurs sélectionnés ont fait le déplacement pour l’épreuve qui s’est déroulée le 27 octobre :

  • Flavien Du Peloux
  • Thomas Rataud
  • Alexandre Fantuz
  • Mallaury Dubernet
  • Maëliss Conan

 

Le superbe complexe Pala Ruffini de la ville de Turin a accueilli cette nouvelle édition des Championnats du Monde de Slalom au cours desquels s’est déroulé l’open de Hauteur Pure.


Ils étaient 39 au total, 17 femmes et 22 hommes, de 14 nationalités à tenter de décrocher le titre tant convoité.

 

Comme à l’habitude, les femmes ont débuté la compétition avec des représentantes de l’Italie, la France, la Pologne, l’Ukraine, la Grande Bretagne, la Pologne, la Russie et l’Espagne.

 

La barre est placée à 70 cm pour débuter.
Elle monte ensuite de 5 cm en 5 cm. Les athlètes ont deux essais par barre jusqu’à être plus que trois en lisse. Ils bénéficient ensuite de 3 essais à des hauteurs qu’ils peuvent choisir.

 

Mallaury et Maëliss font le choix des impasses jusqu’à la barre des 1,05 m s’assurant une avance sur leurs concurrentes qui ont sauté avant elles.
En effet, à hauteur égale c’est le nombre d’essai qui départage deux concurrents pour le classement final.
Elles ne sont plus que 10 à cette hauteur. Mallaury et Maëliss franchissent aisément la hauteur avec 4 autres concurrentes.

 

La barre passe à 1,10 m et les six patineuses s’élancent. Mallaury manque de peu son premier essai tandis que Maëliss franchit l’obstacle. Il ne reste plus qu’un essai à Mallaury mais malheureusement elle échoue de nouveau et voit le podium lui échapper, Maud Oguey la française et les deux italiennes Claudia Massara et Valeria Raccuglia étant toutes passées.

 

1,15 m et quatre sauteuses encore en compétition, ce n’était jamais arrivé à un tel niveau de compétition. Maëliss est la seule à passer au premier essai. Claudia et Maud la rejoignent au deuxième essai tandis que Valeria s’arrête au pied du podium en manquant son deuxième essai.

 

Elles ne sont plus que trois et peuvent donc choisir la hauteur qu’elles souhaitent.
Ce sera 1,17 m, 2 cm en dessous du record détenu par Maëliss. Toutes les trois font monter la tension dans la salle en manquant leurs deux premiers essais.
Claudia s’élance pour son 3ème essai mais le manque. Maud la suit mais ne fait pas mieux. Maëliss est dans sa bulle, elle est sûre d’être championne du Monde grâce au nombre d’essais réalisées mais veut battre son record. Elle prend son élan, saute et franchit la barre avec une belle marge !

Malgré la joie de cette victoire elle doit rester concentrée pour tenter la barre mythique des 1,20 m chez les femmes.
Maëliss aura beau faire tout son possible, elle ne franchira pas cette barre.


Classement :

 

  • 1ière place, Médaille d'Or : Maëliss Conan (1,17 m)
  • 2ième place, Médaille d'Argent : Claudia Massara (1,15 m)
  • 3ième place, Médaille de Bronze : Maud Oguey (1,15 m)

 


L’échauffement des hommes peut ensuite commencer avec une barre à 1 m qui sera la première hauteur proposée. Les 22 athlètes représentants l’Iran, l’Argentine, l’Italie, la Pologne, la Chine, l’Arabie Saoudite, l’Espagne, la Russie, la Grande Bretagne, la République Tchèque, la Slovaquie, le Brésil et la France étaient prêts à en découdre.

 

Pour cette catégorie, la première barre est directement placée à 100 cm puis monte de 5 en 5 cm.
Le nombre de patineurs encore en compétition a progressivement diminué (10) jusqu’à la barre de 1,30 m avec laquelle Flavien Du Peloux et Alexandre Fantuz ont fait leur entrée. Ils la franchissent aisément.

 

A 1,35 m ils ne sont plus que sept. Thomas Rataud entame sa compétition en effaçant largement la barre,  imité par ses deux coéquipiers.

 

Ils confirment tous trois à 1,40 m au premier essai ainsi que deux autres concurrents.

La barre suivante, 1,45 m, va donner plus de fil à retordre.

Tandis qu’Alexandre et Thomas prennent leur billet pour la suite dès le premier essai, Flavien n’arrive pas à se caler et échoue au pied du podium après ses deux essais manqués.

Le jeune et prometteur italien Gianmarco Savi complète le trio qui aura désormais droit à trois essais par hauteur.

 

Après concertation, le sautoir est placé à 1,48 m.
Les premiers essais de chaque sauteur se soldent par un échec.

A la deuxième tentative, Gianmarco met le feu à son public en passant le premier. Le répit est de courte durée, Thomas le suivant de près et confirmant sa réputation en passant lui aussi. Alexandre a moins de réussite, il frôle la barre qui ne résiste pas et tombe. Il lui reste un troisième essai pour tenter de rejoindre ses concurrents à 1,50 m  mais n’y parvient pas. Il prend la troisième place de la compétition.

 

Thomas et Gianmarco tombent d’accord pour une barre à 1,50 m. Cela fait six ans que deux concurrents ne se sont pas retrouvés à cette hauteur et la dernière fois notre français était déjà de la partie !


L’italien prend son élan sous les encouragements du public mais manque, de peu, son premier essai. Thomas est déterminé et impose son expérience dès sa première tentative. La pression monte encore d’un cran dans cette folle bataille.
Gianmarco manque son deuxième essai mais reste focalisé sur son objectif. Sa troisième tentative est une réussite, il devient un membre officiel du groupe fermé des sauteurs ayant franchi 1,50 m.

 

La compétition continue avec une barre à 1,53 m. Les deux concurrents ne montrent rien de leur fatigue et veulent aller encore plus haut.
Malheureusement ni l’un ni l’autre ne réussissent à laisser la barre haut perchée sur le sautoir malgré leur potentiel.

Thomas, grâce à un nombre d’essais inférieur à Gianmarco conserve son titre avec beaucoup de déception, son objectif d’1,60 m étant encore hors d’atteinte.


Classement :

 

  • 1ière place, Médaille d'Or : Thomas Rataud (1,50 m)
  • 2ième place, Médaille d'Argent : Gianmarco Savi (1,50 m)
  • 3ième place, Médaille de Bronze : Alexandre Fantuz (1,45 m)

 


La concurrence était rude pour cette édition de l’open de Hauteur Pure 2015.

Les français restent leaders dans la discipline avec quatre podiums tricolores dont les titres masculins et féminins.

 

Reste à espérer que le saut se développe à l’avenir afin d’offrir de nouvelles compétition fortes en émotions.

Partenaire officiel
Partenaire officiel