Déplacement Equipe de France Freeride au Championnat du Monde de Slide et à l’Open de Hauteur Pure du Championnat du Monde de Slalom de Bangkok, Thaïlande.

 


Trois sauteurs et un slider étaient retenus pour participer à cette dernière compétition de la saison :

  • Florian Petitcollin (saut)
  • Thomas Rataud (saut)
  • Maëliss Conan (saut)
  • Hervé Guillou (slide)

 


C’est la première fois qu’une compétition de cette ampleur était organisée en Thaïlande et c’est au Huamark Stadium que s’est déroulée cette dixième édition du Championnat du Monde.

La hauteur pure et le slide étaient programmés le lundi 21 novembre, dernier jour de compétition.


Après le temps de l’acclimatation et de la visite de la ville, les entraînements, malheureusement très compliqués à mettre en place car non prévus par l’organisation, ont permis aux athlètes de trouver leurs marques. 

 


Battle Slide


L’épreuve du slide, représentée pour la première fois en Equipe de France a ouvert cette journée.


En voici le principe ; en poule de quatre, chaque rider bénéficie de 3 ou 4 slides (ou shuffles), en fonction de l’avancée de la compétition, seuls les 2 ou 3 meilleurs sont pris en compte pour se qualifier et accéder aux phases finales. La notation s’effectue à partir des critères suivants :

- vitesse d’arrivée
- technicité
- distance
- finition (arrêt stable dans la position de slide)


Arrivé tôt le matin pour le slide, Hervé Guillou, dont c’était la première sélection suite à un empêchement professionnel pour le Championnat d’Europe à Ciudad Real, a pu profiter d’un entrainement sur l’aire officielle de compétition avant le début des qualifications.


Cela a permis de se rendre compte du niveau très élevé des 30 patineurs représentants 12 nations (Espagne, France, Italie, Chine, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Taïpei, Indonésie, Malaisie, Cambodge et Inde).

Son statut de n°2 mondial avant cette compétition l’a engagé dans le dernier groupe des huitièmes de finale.


Etant 30 inscrits, Hervé s’est retrouvé dans une poule de 3 en face de l’indonésien Mustari Satria Nugraha (#61) et du malaisien Lew Yun Choon (#95).
Bien qu’étant moins bien classés que le français, les deux asiatiques, spécialistes de la discipline, sont arrivés très confiants.
N’ayant que 3 slides à présenter pour ces huitièmes de finale, Hervé a fait le choix de tenter son slide le plus technique dès son premier passage afin de se mettre en sécurité.


Malheureusement il le rate et perd confiance. Ses deux concurrents ont fait le choix de la simplicité avec une belle réussite. Les deux autres passages du représentant national ne seront pas plus convaincants et c’est une grande déception que la compétition s’arrête là pour Hervé, Mustari et Lee Yun se plaçant logiquement devant lui.


Le reste de la compétition est un festival de technique qui verra sortir vainqueur le chinois Huang Haiyang (désormais quadruple Champion du Monde) qui a littéralement surclassé tout le monde du début à son slide final, un impressionnant backslide sur une seule roue (pied en quart externe), le tout tenu plus de dix mètres !
Le podium est complété par deux thaïlandais qui ont fait forte impression devant leur public, Rompo Chawis et Senarat Phuri, laissant le chinois Guan Wenhui au pied du podium.


Chez les femmes, le début de compétition voit, à la surprise générale, la n°1 mondiale et triple championne du monde Bodhana Hotsko se faire éliminer dès les quarts de finale.
Et, au terme d’une finale relevée, c’est la toute jeune thaïlandaise Chinupun Nichakan qui remporte le titre apportant au passage la première récompense suprême à son pays devant la russe Olga Fokina, la chinoise Guan Yinging et une autre russe Krykova Natalia.

 


Hauteur Pure


C’est la première fois qu’une compétition de Hauteur Pure était organisée en Asie. La discipline y étant inconnue, seuls 9 athlètes, 3 femmes et 6 hommes y ont participé.


La France, l’Italie, l’Espagne, la Chine et la Malaisie étaient représentées.


Ce manque de participant n’a pas contribué à l’enthousiasme que génère habituellement la discipline.
Le très faible nombre d’engagées chez les féminines n’a pourtant pas empêché une superbe bataille franco-espagnole.


N’étant que trois, elles ont choisi de placer la première barre à 1 m.
La française Aurianne Dariès ouvre la compétition et franchit la hauteur au premier essai tandis que l’espagnole Marina Oliveras Argibay et Maëliss Conan font une impasse.
La barre monte et passe à 1,05 m.
Malgré ses trois essais, Aurianne ne franchit pas la hauteur tandis que ses adversaires l’effacent dès leur première tentative.


La barre passe à 1,10 m.
Là encore, le premier essai permet aux deux concurrentes de rester en lisse.


Toute jeune dans la discipline, Marina demande 1,12 m afin de se caler à la barre.
Elle franchit au premier essai suivie immédiatement par la française.
1cm de plus et 1,13 m affiché. Cette fois Marina manque sa première tentative et Maëliss en profite pour faire une impasse qui lui donnera un bel avantage pour la suite. L’espagnole passe au deuxième essai.


Et la barre monte de centimètre en centimètre jusqu’à 1,19 m, Marina allant jusqu’à son troisième essai pour franchir 1,17 m et 1,18 m tandis que Maëliss passe tout dès le premier saut.
1,19 m, 1 cm en dessous du nouveau record mondial établi par la française à Ciudad Real le mois dernier.

Marina, dont le record était à 1,12 m avant cette compétition, est dans un état second et semble capable de tout. Mais malgré les encouragements du public et une envie de continuer à monter, ni l’une ni l’autre des athlètes ne parvient à franchir la barre et, au nombre d’essais, c’est Maëliss qui s’impose et conserve, pour la troisième année consécutive, son titre de championne du Monde !

 

Classement :

  • 1ière : Maëliss Conan (1,18 m)
  • 2ième : Marina Oliveras Argibay (1,18 m)
  • 3ième : Aurianne Dariès (1,05 m)

 


L’échauffement des hommes peut ensuite commencer avec une barre à 1 m qui sera la première hauteur proposée. 
Pour cette catégorie, la première barre est directement placée à 1 m puis monte de 5 en 5.


L’absence de sauteurs spécialisés dans cette discipline annonce une compétition sans grand suspens.


Les concurrents malaisien, chinois et italien ne franchiront pas plus que 1,20 m laissant les trois représentants français concourir pour savoir qui montera sur la plus haute marche.


A 1,25 m, seul Hervé saute, Florian et Thomas ayant fait le choix des impasses jusque-là et continuant dans leur stratégie. Malgré ses efforts, Hervé ne parvient pas à franchir cette barre et s’octroie logiquement la troisième place.


La barre des 1,30 m voit l’entrée de Florian en compétition et il franchit aisément la hauteur tandis que Thomas choisit une nouvelle fois l’impasse afin d’avoir un saut de moins en cas d’égalité à la fin du concours.
1,35 m et 1,40 m sont des formalités pour les deux sauteurs qui se mettent ensuite d’accord à une hauteur de 1,45 m.


Florian s’élance en premier et passe largement. Thomas le suit de près mais touche la barre qui tombe. La pression monte d’un cran car ils sont désormais à égalité de nombre d’essai. Thomas, fort de son expérience, reste concentré et franchit la barre au deuxième essai avec une facilité déconcertante.


La continuité est respectée et la barre monte de nouveau de 5 cm pour atteindre le 1,50 m. Tous deux ont franchi cette hauteur à Ciudad Real, Florian pour la première fois tandis Thomas est un habitué de cette hauteur.


Florian prend son élan mais est en avance sur son impulsion et touche la barre en descendant. C’est au tour de Thomas ; prise d’élan, impulsion, montée des jambes très rapides et il franchit cette barre, reprenant l’avantage des essais.


Florian manque de très peu son deuxième essai et ne fait pas mieux au dernier, il se classe a une très belle deuxième place derrière le nouveau triple champion du monde de la discipline.


Concentré et à l’aise, Thomas demande 1,55 m.
Les encouragements du public ne suffiront malheureusement pas pour lui permettre d’effacer l’obstacle.

 


Classement :

  • 1ier : Thomas Rataud (1,50 m)
  • 2ième : Florian Petitcollin (1,45 m)
  • 3ième : Hervé Guillou (1,25 m)


Le bilan des médailles est très positif pour cette dixième édition du Championnat du Monde avec une médaille par athlète en saut.

Le manque de représentativité des nations est en revanche dommage et inquiétant pour les années à venir.


Le slide a, quant à lui, pris une autre dimension et les français vont devoir travailler dur pour rattraper le retard pris sur les asiatiques. 

 

Consulter tous les résultats

 

Partenaire officiel
Partenaire officiel