Cette année, la FIRS et la WSSA ont accordé l’organisation du Championnat du Monde de Slalom à la France. C’est donc à Paris, du 22 au 26 octobre dernier que s’est déroulée cette étape mondiale qui a réuni 33 pays et plus de 200 compétiteurs.

12 d’entre eux faisaient partie de la délégation fédérale française, comme patineurs Espoirs ou Elite :

  • Alexandre Claris – SAM Roller-Sports
  • Ambroise Nicolao – Dragons riders
  • Chloé Arbona – Roller Mania
  • Jimmy Fort – Skate Machine Arsacaise
  • Lily Granjon – SAM Roller-Sports
  • Marius Rutard – USO Orléans
  • Nathan Ménard – Sun Ride
  • Romain Lebois – WISA
  • Teddy Thierry - Accroller
  • Tiffany Derisbourg – Roller Bug
  • Yohan Fort - Skate Machine Arsacaise
  • Zoé Granjon – SAM Roller-Sports

 

 

Mercredi, après un voyage bien moins fatiguant qu’à l’accoutumée, c’est l’heure des retrouvailles entre riders de tous les pays et de la découverte de la salle. Après quelques inquiétudes sur le sol, les doutes disparaissent et les entraînements sérieux commencent. La bonne surprise vient de l’organisation qui a prévu une véritable aire d’échauffement imperméable ; un élément qui a certainement joué dans les performances constatées, surtout comparées à l’hécatombe du Championnat d’Europe où les horaires à rallonge et l’absence de conditions sportives avaient provoqué beaucoup de contre-performances.

 

 

 

Jeudi, les phases de qualifications font comprendre à nos jeunes espoirs le niveau mondial : si à l’Europe, il était encore possible d’oser espérer quelques résultats, ici les objectifs visés sont souvent d’atteindre les 1/8. Chaque chose en son temps pour ces patineurs…

Vendredi, c’est l’heure du Slalom vitesse. Les qualifications se déroulent plutôt bien pour nos athlètes, ainsi d’ailleurs que pour d’autres français : Raphaël Giron et Alan Rayer qui ont connus les premières sélections de cette saison. Dans les phases finales, durant lesquelles le Directeur Technique National, Hervé Lallement, est venu soutenir l’Equipe de France, il n’y a pas d’erreur possible. Yohan, Tiffany et Lily s’arrêtent en 1/8ème de finale. Seuls Zoé chez les filles et Alexandre et Jimmy chez les hommes passent les tours jusqu’au dernier carré pour terminer respectivement 3ème,  4ème et vice-champion du Monde. Trois exploits !

 

Samedi, on passe au Classic, et dans cette épreuve, même si les classements ne le reflètent pas forcément, nos cinq jeunes Espoirs améliorent leurs réalisations par rapport au Championnat d’Europe. Mais la concurrence internationale est autrement plus élevé qu’à Busto : Nathan termine 4ème (1er européen), Ambroise 8ème et Marius 11ème. Chez les filles juniors, Lily est 8ème et Chloé 11ème.

 

Du côté des expérimentés, Teddy réussit partiellement son run : pas assez pour un Mondial, il est 15ème. Romain signe un programme tout neuf qui paye relativement bien ; il est 9ème. Zoé prend une belle 5ème place avec un run très bien exécuté. Alexandre fait trembler les tribunes françaises avec un run parfait qui le place 1er jusqu’à ce que Serguey Timshenko (RUS - N°1 mondial) signe à  son tour un run parfait pour prendre la première place.

 

 

Dimanche pour les finales Battle, Chloé, Ambroise et Marius sont déjà éliminés. Côté filles, Lily et Zoé avancent pour se retrouver en 1/4 de finale ensemble. Zoé termine deuxième de la poule (derrière Maryna Boiko - UKR, #5) alors que Lily profite d'avoir atteint ce niveau inespéré ; même à son top niveau, une troisième place aurait été plus que difficile à prendre. Chez les hommes, le groupe de 1/4 de finales d'Alexandre lui fait adopter par dépit la même attitude que Lily. Face à au Champion du Monde 2013 Ye Hao Qin (CHN, #8) et au N°1 mondial actuel, Serguey Timchenko (RUS, #1), il termine 4ème. Teddy se fait sortir en 1/4 également, ce qui suscite sa perplexité et celle de Pierre Célat. Mais les juges sont unanimes.

Restent Zoé et Romain en 1/2 finales pour des espoirs qui ne dureront pas longtemps. Zoé manque des combos et Romain chute. Les deux termineront en petite finale où le combat est encore très dur. Ils terminent respectivement 8ème et 6ème. Deux belles performances. 

A la fin de cette compétition, ce n'est pas un Championnat du Monde qui se cloture, mais une saison riche en émotion et en actions pour l'équipe de France de Slalom.

 

 

"Cette saison, j'ai profité de déplacements peu coûteux pour des sélections larges : 16, 14 et 12 athlètes, et ceci sans que le budget n'augmente. C'était important pour les sportifs et leurs clubs à travers la France qui font beaucoup mais peuvent se sentir parfois un peu isolés. Je voulais leur permettre de vivre ces expériences internationales qui apportent tant.

 

J'avais également à coeur de mieux connaître les sportifs, de les fréquenter davantage, de mieux les suivre au fil de la saison même si mon rôle de sélectionneur n'a pas cette vocation. Je pense, compte tenu des moyens disponibles, être parvenu à l'objectif avec beaucoup d'entre eux.

 

J'ai encore beaucoup de projets en tête pour l'Equipe de France, et la Fédération m'accordant une relative confiance, j'ai bon espoir de les voir arriver à terme. Ce que je peux annoncer pour l'heure pour 2015, c'est que même si je vais continuer à user et abuser de stratagèmes d'économies, il est peu probable que telles sélections puissent se renouveler. Mais la présélection, elle, réunira à nouveau un grand collectif à Niort, du 29 avril au 3 mai.

 

Pour terminer, je souhaite vraiment féliciter et remercier les clubs et les encadrants des patineurs qui ne disposent pas, pour la grande majorité, des conditions sportives idéales, et qui font donc un travail difficile pour leurs sportifs, parfois dans l'ombre.

 

Merci également à Thierry Ménard qui a assuré au pied levé un transport avec sa voiture personnelle pour le Championnat d'Europe, en solution face à la grève d'Air France. Sans lui, j'aurais simplement dû annuler la participation de six sportifs.

 

Merci aussi à Gaël Berger qui a assuré bénévolement une bonne partie de l'intendance en prenant ses vacances pour le Mondial et me permettre d'être plus disponible avec les athlètes.

 

 

Merci enfin aux athlètes qui m'ont fait confiance et avec qui j'ai vécu de belles histoires. Je me retire quelques temps mes habits de sélectionneur, mais j'ai déjà hâte de les retrouver pour les  présélections 2015."

Partenaire officiel
Partenaire officiel