Retrouvez ici les réponses aux questions les plus fréquentes au sujet du Roller Freestyle et de la Commission Roller Freestyle. 

 

 

SOMMAIRE :

 

Qu’est-ce que les Open ?

Le Freestyle regroupe de nombreuses épreuves qui se sont développées au fil du temps, mais délivrer de trop nombreux titres de champions de France a parfois décridibilisé la Commission auprès de ses partenaires.

Depuis 2011, la commission a donc classées ses épreuves en deux catégories :

- Les épreuves officielles, délivrant un titre de champion de France.

- Les épreuves open, reconnues utiles pour le développement du sport, mais pas assez représentatives pour la délivrance d'un titre national.

 

Pourquoi les cadets, juniors et seniors sont-ils regroupés en Slalom et Freeride ?

1/ Dans les années 2008-2011, le faible nombre participants dans certaines catégories ne rendait pas les titres ou les médailles représentatifs du niveau de chacun. 

On a ainsi connu des patineurs monter sur les podiums de championnat de France dans des spécialités où seuls trois patineurs étaient présents. Le Freestyle s’en est trouvé décridibilisé auprès de ses partenaires.


2/ Les performances dépendent  aussi bien de la souplesse, de l’équilibre, de la coordination, de la réactivité que de la force. Les cadet(te)s sont donc loin d'être désaventager dans ces disciplines. 

 

En Freeride, la part de physique demeurant plus importante notamment en Skatecross, seuls les juniors et seniors sont regroupés.

 

Qu'est-ce que l'Acrochallenge ?

En 2003, la Ligue Poitou-Charentes et le club ATP de Thouars ont créé l'Acro Cool, une compétition récréative réservée aux débutants et avec des réglements adaptés à ce public. La Présidente Monique Hémar a souhaité développer et généraliser cette idée en 2006 sous le nom d'Acrochallenge. 

En 2011, les Acrochallenges ont été remplacés par les compétitions Starter, afin d'enlever le terme "Acrobatique" et de coller aux termes internationaux.

 

Pourquoi organiser une compétition ?

 

L'organisation d'une compétition nécessite une mobilisation des forces actives de la structure et un déploiement d'énergies des bénévoles et/ou salariés. Toutefois, celle-ci peut être bénéfique pour tous :


• Les subventions : Organiser une compétition fédérale, c'est rendre possible l'attribution de subventions (CNDS, collectivités territoriales...)

 

• Les partenariats : Organiser un événement, c'est ouvrir une vitrine originale pour des organismes en quête de supports publicitaires. C'est l'occasion d'obtenir un partenariat financiers ou matériels potentiellement pérenne à plus long terme …


• Les soutiens : Organiser un événement, c'est fonctionner avec son Comité Départemental et sa Ligue. Ces derniers disposent souvent d'un système de sonorisation, de promotion, de stands/tentes/buvettes, ainsi que d'un carnet d'adresse utiles. Les municipalités fournissent généralement barrières de sécurité, tables, bancs, tribunes…

 

• Relations locales : Organiser une compétition fédérale, c'est montrer aux collectivités territoriales, aux élus locaux et aux partenaires privés, la capacité de mobilisation et de motivation de la structure, par le biais d'invitations, voies de presses...


• Recrutement : Organiser une compétition, c'est faire venir un public local susceptible de s'inscrire dans la structure.


• Promotion : Organiser une compétition, c'est l'occasion de faire la promotion d'un de vos prochains événements : stages, compétitions d'une autre discipline, journée du club, spectacle de fin d'année… 


• Dynamisme : Organiser une compétition, c'est permettre aux adhérents de voir les performances et les athlètes à domicile et provoquer un élan de dynamisme, une forte de motivation de progression, une créativité nouvelle…

 

Partenaire officiel
Partenaire officiel